A qui revient la marque « Maradona » et son exploitation ?

3 décembre 2020 à 14:25 par Thomas

0
Maradona image

Diego Maradona nous a quitté, mais sa légende va résister.

Diego Maradona nous a quitté ce 25 novembre, à 60 ans, mais sa légende va continuer. Et les produits de l’exploitation de son image, de se vendre. A qui cela va-t-il profiter ? Principalement un homme, qui n’est ni de la famille du Pibe de Oro, ni un homme du monde du football. D’après les informations du média iProfesionnal, il s’agit de Matías Edgardo Morla, le dernier avocat, du champion du monde 1986.

59 des 63 dépôts de marque sont liées au dernier avocat de Maradona

Il existe 63 dépôts à l’Institut national de la propriété industrielle (INPI), dont quatre sont à la propriété de proches de la famille de Maradona. Toutes les autres, soit 59, sont associées à la société Sattvica S.A., située à Puerto Madero, à Buenos Aires, en Argentine. Laquelle est donc dirigée, par Maître Morla. iProfesionnal rapporte le champ complet des actions de l’entreprise : « Acquérir, posséder, demander, obtenir, acheter, attribuer, transférer, licencier, franchiser, concéder des licences d’exploitation, enregistrer et acquérir des marques, ou de quelconque autre façon disposer de marques, avis noms commerciaux, droits d’auteur, brevet d’invention et de fabrication, modèles et dessins industriels, modèles d’unité, savoir-faire, noms de domaine Internet et autres actifs incorporels liés à la propriété intellectuelle et industrielle, ainsi que les licences qui y sont associée. ».

Une exploitation des droits du Diez en Argentine et aux Etats-Unis

Cela permet à son propriétaire de produire ou exploiter, « des chaussures de foot, des maillots de football, des tee-shirts, polos, chemises, des shorts et des bas pour le sport, des produits pour le baseball, des maillots de bain, des chapeaux », et c’est lui qui détient les droits sur les « films » ou « publicités », qui s’associent au Diez. Matías Morla est devenu l’avocat de Maradona en 2013, il a créé sa société en 2015 qui gère désormais l’image du joueur, sur le sol argentin, ainsi qu’aux Etats-Unis.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour en haut de page ↑