OM : Combien ça coûte de recruter Mario Mandzukic ?

10 octobre 2020 à 15:05 par Thomas

0
OM transfert

L’OM aurait été invité à étudier le profil de Mario Mandzukic. Le club phocéen n’aurait pas donné suite.

Sa courte pige au Qatar, à Al-Duhail, ne l’a pas décidé à quitter définitivement la scène du football. A 34 ans, Mario Mandzukic a encore l’envie d’évoluer au plus haut niveau, il a même été proposé à l’Olympique de Marseille dans l’été, selon une information de Foot Mercato. Le club phocéen n’aurait pas donné suite, le vice-champion du monde croate a toutefois l’avantage d’être libre sur le mercato, après qu’il ait résilié son contrat avec son dernier club.

Mandzukic aurait été proposé à l’OM cet été

Des transferts, des clubs et des pays et championnats qui diffèrent, Mandzukic en a connu un certain nombre. Les deux derniers payants ont été les plus chers : du Bayern à l’Atlético, en 2014 (22 M€), puis des Colchoneros à la Juve (18 M€ + 5 M€ de variables), en 2015. Aujourd’hui, Mario Mandzukic ne vaut plus rien au sens qu’il est libre de tout contrat. Mais la plateforme Transfermarkt, le valorise à 4 millions d’euros. Une estimation dont le joueur pourrait se servir, pour négocier une prime à la signature.

Vous aimerez aussi:  OM : Combien ça coûte de recruter Mehdi Léris (Sampdoria) ?

Pas d’indemnité sur le transfert, mais un salaire possiblement élevé

En plus du salaire avec. Pour l’OM impossible à assumer, en l’état actuel des finances, avec des joueurs qui, comme Kostantinos Mitroglou pèsent sur la masse salariale. On ignore les conditions de sa rémunération au Qatar. A la Juve précédemment, il avoisinait les 650 000 euros bruts mensuels, hors bonus. Après quoi, il lui a été proposé la moitié environ de la part d’un club russe, mais c’est au Qatar, destination plus exotique et rémunératrice, qu’il a choisi d’aller. C’est une donné d’importance pour l’OM, sachant que son salaire équivaut les joueurs les plus cotés du vestiaire. Or, c’est désormais plutôt l’inverse que cherche le club, à savoir recruter des jeunes prometteurs, que des anciens, certes expérimentés mais couteux en salaire, de surcroît quand ils ne sont pas performants. A l’exemple actuel de Kevin Strootman.




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour en haut de page ↑