Ezequiel Lavezzi, le flop le plus couteux de l’histoire du foot

Posté le 13 février 2017 par

x0

En un an, Lavezzi n’a joué que 10 matchs avec le China Hebei Fortune, facturés très cher pour son club. – @Twitter

C’est une réalité, la faute à la folie d’investisseurs, aujourd’hui en Asie, en d’autres temps aux Etats-Unis, en Russie ou au Moyen Orient. L’Argentin Ezequiel Lavezzi est très sûrement le flop le plus cher de l’histoire du football, à considérer la première année de l’ancien joueur du Paris Saint-Germain, au China Hebei Fortune. A considérer surtout, ce que son club le paie, récemment révélé par les fuites des Football Leaks, Lavezzi a signé un contrat de 23 mois à près de 53 millions d’euros nets.


A bord du Hummer customisé de Mauro Icardi… par Sportune

Lavezzi n’a joué que 10 matchs avec le China Hebei Fortune, sans inscrire de but

Soit une année complète à près de 26,5 millions d’euros, un salaire, comme l’indiquait à l’époque Media Part dans ses révélations, qui est l’un des plus élevés du foot mondial, bien que depuis Carlos Tevez soit arrivé. Peut-être tient-on d’ailleurs, un autre futur flop à proportion démesurée… Dans le cas d’Ezequiel Lavezzi, l’addition est quand même lourde pour le China Hebei Fortune. En un an pile depuis son arrivée en Chine, en provenance du PSG, il n’a pas joué les premiers matchs, puis il s’est fracturé le coude avec sa sélection, au cours de la Copa America. Au total, Pocho a pris part à 10 rencontres en club, sans jamais réussir à trouver le chemin des filets.

L’ancien joueur du PSG a coûté plus de 2,5 millions d’euros le match à son club

A plus de 2,5 millions d’euros le match, l’attaquant argentin a clairement disputé les rencontres les plus chères et les moins profitables du foot. Cet énorme gaspillage est peut-être moins le fait du joueur – qui a fait le choix assumé de l’argent, à un âge (30 ans) assez avancé pour ne plus rien avoir à prouver – que de celui de son club et de ses actionnaires. C’est l’une des conséquences attendues des sommes, hors de toute logique, investies par les principaux clubs de la Chinese Super League, sans aucune perspective possible de rentabilité. Et c’est désolant…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.